Search
  • Local 723m

Janet and the Goliaths





Le texte en français suit celui en anglais. Janet and the Goliaths February 20, 2020 What to do about the Data Giants? It’s hardly news that data giants Facebook and Google are destroying the viability of Canadian media while their platforms pump out fake news and misinformation. What if anything can Canada do about it? Over in Europe, the authorities are not amused and have resorted to blunt force. In 2018 the EU fined Facebook $122 million (US) for misleading the world over its acquisition of WhatsApp. https://www.cnbc.com/2019/11/09/facebooks-antitrust-investigations-a-timeline-of-events.html Google got a hiding as well. In three whopping fines totalling $10 billion (US), the EU whacked Google for market power abuses in online advertising, search engine results, and its Android operating system. Seems the idea caught on across the pond. In 2019 the US Federal Telecommunications Commission fined Facebook $5 billion for its complicity in the Cambridge Analytica scandal. Anti-trust suits filed by the FTC and 48 American state governments against Google and Facebook are currently backed up like jets on an ice-coated runway. https://www.cbsnews.com/news/google-antitrust-probe-48-u-s-states-launch-antitrust-investigation-of-google-dominance-in-search-ads-and-data/ Enter Canada. Serendipity being one of those beautiful things that keeps life interesting, this January the independent industry committee headed by Janet Yale released its Broadcasting and Telecommunications Legislation Review (BTLR) Report. Yale’s inaugural mandate in 2018 was to recommend first drafts of Broadcasting and Telecommunications legislation revamped for the digital age. In addition to answering important questions about broadband infrastructure and mobile phone plans, the Committee’s big task was how to deal with Netflix and a growing crowd of American movie channels that have invaded the long-protected Canadian TV market and could care less about Canadian stories or sensibilities. But to keep up with the evolving world of digital communications, Yale and her Committee embraced the question of Canada’s response to the Data Giants, Google and Facebook. (The Canadian Competition Bureau has been poking its nose around too). Just three years ago, this kind of regulatory intervention into data platforms seemed politically impossible. What happened? In two words, Cambridge Analytica. In a scandal as sinister as a Hollywood thriller, Facebook acknowledged its complicity in allowing the online data belonging to 87 million Americans to be hacked and exploited by political actors targeting voters in the 2016 election. https://www.nytimes.com/2018/03/19/technology/facebook-cambridge-analytica-explained.html When the scandal broke, the Data Giants went from shiny penny to malign influence. All of the sudden, their free digital tools no longer seemed so benevolent if they were masking a data vacuum exploited for questionable purposes. People started making the connection between their private data, the oligopoly power of the Data Giants, and some very ugly changes in our democratic life. Yale’s BTLR Report was perfectly timed to formulate the Canadian response to the power not only of Netflix, but of Google and Facebook too. The Report’s cultural agenda is hardly a surprise to anyone following the decline of Canadian media. It recommends extending current cultural regulations —-rules that compel Canadian media companies to bankroll the expensive public goods of journalism and Canadian culture—- to Netflix and other foreign Internet TV companies that have grabbed audience share from Canadian broadcasters while evading all obligations. The CRTC had recommended the same thing two years previously. Yet it is the Yale Committee’s approach to the Data Giants that many didn’t see coming and raised a few eyebrows. In addition to dealing with Netflix, the Report recommends that “media sharing platforms” (i.e. Facebook or Google’s You Tube) should also pay the standard regulatory contribution to Canadian media outlets’ sponsorship of journalism and Canadian content. The Report specifically recommends that Google and Facebook ——owning 75% of online advertising revenue in Canada—- should contribute financially to Canadian news production. Now there are those who will argue Canadian media just can’t compete anymore: they’ve lost their advertising-dependent business model to the Data Giants, fair and square. Maybe they don’t deserve regulatory help? But whether or not you blame mainstream media for losing a massive share of its life-sustaining ad revenue to the Data Giants, the reality is a comeback is out of the question. They can never hope to reposition themselves to compete again because of the Giants’ market power and huge data banks. No media organization in the world can overcome the data giants’ economies of scale, unparalleled collection of private data, patents, multinational reach, and oligopoly over the different digital products required to compete with the Giants. To illustrate how unlevel the playing field has become, imagine we allowed media organizations around the world to combine themselves into two or three global media companies big enough to compete with the Data Giants in the advertising market? The competition for eyeballs might even out, but the implications for democracy would be grotesque. Or suppose we sanctioned media companies selling out to the data giants themselves? Picture Fox News merging with Facebook; or how about Postmedia doing a deal with data-rich VISA? Such outrageous hypotheticals make the case for doing something dramatic about the giants’ iron grip over the data-driven advertising market. What is to be done? The go-to anti-trust remedy is to break-up oligopoly. But in the case of the Silicon Valley oligopoly, that is far beyond the power of Canadian regulators. In the meantime, the Yale Committee seems to be on the right track. Janet et les Goliaths février 20, 2020 Howard Law Que doit-on faire avec les géants des données? Nous le savons déjà: les géants des données Facebook et Google détruisent la viabilité des médias canadiens pendant que leurs plateformes diffusent de fausses nouvelles et de la désinformation. Que peut faire le Canada? En Europe, les autorités ne rigolent pas, elles ont eu recours à la force. En 2018, l’Union européenne a imposé à Facebook une amende de 122 millions de dollars américains pour avoir induit le monde en erreur quant à son acquisition de WhatsApp. https://www.cnbc.com/2019/11/09/facebooks-antitrust-investigations-a-timeline-of-events.html Google a aussi pris une raclée. L’Union européenne a infligé à Google trois énormes amendes totalisant 10 milliards de dollars américains en l’accusant d’abuser de son pouvoir de marché relativement aux publicités en ligne, aux résultats des moteurs de recherche et à son système d’exploitation Android L’idée semble avoir fait son chemin jusque de l’autre côté de l’Atlantique. En 2019, la Commission fédérale des communications (FTC) des États-Unis a imposé à Facebook une amende de 5 milliards de dollars pour sa complicité dans le scandale de Cambridge Analytica. Les actions antitrust déposées par la FTC et 48 gouvernements d’États américains contre Google et Facebook s’empilent les unes sur les autres. https://www.cbsnews.com/news/google-antitrust-probe-48-u-s-states-launch-antitrust-investigation-of-google-dominance-in-search-ads-and-data/ C’est ici qu’intervient le Canada. Le hasard étant l’une de ces belles choses qui rendent la vie intéressante, le comité indépendant de l’industrie dirigé par Janet Yale a publié en janvier dernier son rapport sur l’Examen de la législation en matière de radiodiffusion et de télécommunications. Le mandat initial de Janet Yale en 2018 était de recommander le remaniement des avant-projets de la loi en matière de radiodiffusion et de télécommunications afin de les adapter à l’ère numérique. En plus de répondre aux importantes questions sur l’infrastructure à large bande et sur les plans tarifaires de téléphonie mobile, le comité avait la lourde tâche de déterminer comment composer avec Netflix et la gamme croissante de chaînes de films américaines envahissant le marché télévisuel canadien qui a longtemps été protégé, et il n’avait guère à se soucier des histoires ou des sensibilités canadiennes. Mais pour suivre l’évolution du monde des communications numériques, Janet Yale et son comité ont étudié la réponse du Canada face aux géants des données Google et Facebook. (Le Bureau de la concurrence Canada y a aussi mis son nez.) Il y a trois ans seulement, ce type d’intervention réglementaire auprès des plateformes de données semblait impossible sur le plan politique. Que s’est-il passé? En deux mots : Cambridge Analytica. Dans un scandale aussi lugubre qu’un thriller hollywoodien, Facebook a reconnu avoir permis à des acteurs politiques ciblant les électeurs lors de l’élection de 2016 de pirater et d’exploiter des données appartenant à 87 millions d’Américains. https://www.nytimes.com/2018/03/19/technology/facebook-cambridge-analytica-explained.html Lorsque le scandale a éclaté, les géants des données, des entreprises lucratives, ont été accusés d’exercer une influence malveillante. Soudainement, la gratuité de leurs outils numériques ne semblait plus si charitable s’ils cachaient une collecte de données exploitées à des fins douteuses. Les gens ont commencé à faire le lien entre leurs renseignements personnels, le monopole des géants des données, et des changements sinistres dans la vie démocratique. Le rapport de Janet Yale arrive à point nommé pour formuler la réponse du Canada au pouvoir de Netflix, mais aussi de Google et de Facebook. Les intentions du rapport en matière de culture ne sont guère surprenantes à la suite du déclin des médias canadiens. Il recommande d’élargir la réglementation culturelle actuelle, des règles qui obligent les entreprises médiatiques canadiennes à financer les biens publics coûteux que sont le journalisme et la culture canadienne, à Netflix et à d’autres entreprises étrangères de télévision par Internet qui ont saisi une part d’auditoire des diffuseurs canadiens tout en échappant à leurs obligations. Le CRTC avait recommandé la même chose deux ans auparavant. Pourtant, c’est l’approche des géants des données du comité de Janet Yale que plusieurs n’ont pas vue venir et qui a fait sourciller. En plus de traiter de Netflix, le rapport recommande que les « plateformes de partage des médias » (c’est-à-dire Facebook ou YouTube de Google) versent également la contribution réglementaire standard au financement du journalisme et du contenu canadien par les médias canadiens. Le rapport recommande précisément que Google et Facebook, qui détiennent 75 % des recettes de publicités en ligne au Canada, contribuent financièrement à la production de nouvelles canadiennes. Maintenant, certains affirment que les médias canadiens ne peuvent tout simplement plus rivaliser : c’est indéniable, ils ont perdu leur modèle d’affaires basé sur la publicité aux mains des géants des données. Ne méritent-ils pas une aide réglementaire? Que vous blâmiez ou non les médias traditionnels d’avoir perdu une part considérable de recettes publicitaires essentielles aux mains des géants des données, il est impossible de faire marche arrière. Ils ne pourront jamais espérer se repositionner pour faire concurrence à cause du pouvoir de marché de ces géants et de leurs immenses banques de données. Aucune organisation médiatique au monde ne peut dépasser les économies d’échelle, la collecte sans précédent de renseignements personnels, les brevets, la portée multinationale et le monopole des différents produits numériques des géants des données qui sont nécessaires pour rivaliser avec eux. Pour illustrer l’inégalité des règles du jeu, imaginez que nous ayons laissé des organisations médiatiques du monde entier se regrouper en deux ou trois entreprises médiatiques mondiales suffisamment puissantes pour rivaliser avec les géants des données sur le marché publicitaire. La concurrence directe pourrait potentiellement s’équilibrer, mais les répercussions sur la démocratie seraient grotesques. Ou imaginez que nous permettions la vente d’entreprises médiatiques aux géants des données. Imaginez Picture Fox News qui fusionnerait avec Facebook ou encore Postmedia concluant une transaction avec Visa, une société riche en données. Ces hypothèses aberrantes plaident en faveur de mesures drastiques contre l’emprise des géants sur le marché de la publicité basée sur les données. Que devons-nous faire? La meilleure solution antitrust consiste à défaire l’oligopole. Mais dans le cas de l’oligopole de la Silicon Valley, ce pouvoir va bien au-delà de celui des organismes canadiens de réglementation. Entre-temps, le comité de Janet Yale semble être sur la bonne voie. Howard Law Director, Media Sector Directeur des secteur Média

Recent Posts

See All

International Women's Day, March 8th

TO GTA LOCALS, ACTIVISTS AND STAFF – please distribute widely and encourage your members to attend! What:  INTERNATIONAL WOMEN’S DAY TORONTO When: SUNDAY March 8th, IWD Rally in OISE Auditorium star

CONTACT

ALTERNATIVELY YOU CAN FILL

IN THE FOLLOWING CONTACT FORM:

Tel:  416 348-9163

Fax: (416)348-9018

Toll Free: 1-866-841-4446

Email: mail@unifor723m.org

62 Widmer Street

Toronto, ON

M5V 2E9